Les émulsions, pour tout savoir...

Publié le par cosmetoz

Les vecteurs des produits cosmétiques

Fiche 1

 

 

Avant de réaliser soit même des produits cosmétiques, il ya beaucoup à apprendre!

Savoir ce qu'est une émulsion est important car la plupart de nos produits cosmétiques en sont.

Alors je vous ai réalisé une fiche pour tout savoir.

Bien sûr, elle sera suivi de bien d'autres qui chacune se complèteront.

Alors bonne lecture...

Cosmetoz

 

 

Les émulsions

 

 

Une émulsion

est un système thermodynamique instable, une dispersion constituée de 2 liquides au moins, non miscibles ou partiellement miscibles entre eux.

L’un des liquides est dispersé dans l’autre sous forme de gouttelettes : c’est une phase dispersée, discontinue ou interne.

L’autre constitue la phase dispersante, continue ou externe.

Elles sont stabilisées grâce à l’utilisation d’émulsionnants, d’émulsifiants, d’émulgateurs, ou encore d’amphiphiles qui sont des tensio-actifs.

Les émulsions naturelles sont : le lait, le film hydrolipidique de surface, les graisses intestinales…

 

L’industrie les fabrique dans différents domaines :

Les cosmétiques, la pharmacopée, l’alimentation, les peintures, la tannerie, le textile, généralement une des phases est formée d’eau.

 

cosmetique-bio

 

L’aspect des émulsions dépend de la dimension des particules dispersées :

- émulsion jaunâtre : particules supérieures à 5 microns elles sont plus ou moins stables.

- émulsion blanc-laiteux : particules comprises entre 5 à 1 microns, elles sont stables.

- émulsion à reflets bleutés : particules comprises entre 1 à 0,1 micron

- émulsion transparente : particules inférieures à 0,1 micron, il s’agit alors d’une microémulsion.

 
 

 

Il existe différents type d’émulsions :

 

Emulsion eau dans huile (E/H) ou Hydrophile-lipophile (H/L)

La phase continue est huileuse ou lipophile (qui aime l’huile), la phase dispersée est aqueuse ou hydrophile (qui aime l’eau).

On trouve ce type d’émulsion dans des crèmes dites grasses, le beurre en est une, le sébum aussi.

Ces émulsions sont solubles dans les lipides, insolubles dans l’eau.

Elles ne conduisent pas le courant électrique.

 

Emulsion huile dans eau (H/E) ou lipophile-hydrophile (L/H)

La phase continue est aqueuse ou hydrophile, la phase dispersée est huileuse ou lipophile.

Dans la phase aqueuse on peut y ajouter des substances hydrosolubles (solubles dans l’eau), tandis que dans la phase huileuse on peut ajouter des substances liposolubles (solubles dans l’huile).

On trouve ce type d’émulsion dans les laits.

Ces émulsions sont moins grasses que celles du type précédent et plus fluides.

Elles sont solubles dans l’eau mais insolubles dans les lipides.

Elles conduisent le courant électrique.

 

Les émulsions multiples, dites mixtes ou triples.

 

Il en existe 2 types :

Les émulsions hydrophile-lipophile-hydrophile (H/L/H).

Une phase huileuse sépare les phases aqueuses internes et externes.

Elles sont généralement utilisées dans les produits cosmétiques hydratants.

 

Les émulsions lipophile-hydrophile-lipophile (L/H/L).

Une phase aqueuse sépare les phases huileuses.

On les fabrique en réalisant une 1ère émulsion H/L ou L/H, que l’on disperse ensuite dans une phase aqueuse, ou huileuse selon le cas.

  ...

Les microémulsions

Elles sont parfois dites émulsoïdes et sont formées d’huile, d’eau et d’une quantité importante de tensio-actifs. Elles sont d’aspect transparent ou parfois bleutées, à faible viscosité (résistance à l’écoulement), formées de gouttelettes entre 10 à 15 nm.

Elle forme un système homogène avec une structure particulière où les molécules, lipophiles, hydrophiles et les tensio-actifs, s’imbriquent les unes dans les autres.

Elles sont très stables, et favorisent l’absorption cutanée, améliorant ainsi le confort et l’aspect de la peau.

Elles sont prisées en cosmétologie et notamment dans les soins pour le bain car la microémulsion E/H passe H/E dans l’eau !

 

La formulation d’une émulsion

 

La phase lipophile, huileuse peut  se composer de différents éléments liposolubles (solubles dans l’huile) comme :

 

Les cires qui sont des corps gras solides à T° ordinaire et qui fusionnent (deviennent liquides) en générale au dessus de 50°C.

Cires animales comme la cire d’abeille, le blanc de baleine.

            Cires végétales comme le carnauba issu du palmier brésilien.

            Cires minérales comme la paraffine issue de la séparation de produits pétrolifères, l’ozokérite, ou autres cires fossiles.

            Cires synthétiques comme les esters gras solides, dites aussi cire purcelin.

 

Les graisses qui sont semi-solides à T° ordinaire, elles ont un point de fusion plus faible.

            Graisses animales comme la lanoline issue de la laine de mouton, le suif de bœuf, l’axonge de porc, le jaune d’œuf.

            Graisses végétales comme le beurre de cacao ou de karité.

            Graisse minérales comme la vaseline blanche.

            Graisses synthétiques comme les esters gras, palmitate d’isopropyl.

 

Les huiles qui sont liquides à T° ordinaire.

            Huiles animales comme l’huile de foie de requin, l’huile de vison, l’huile de tortue.

            Huiles végétales comme celles d’arachide, d’olive, d’amande douce, de germe de blé, de maïs, de soja, d’avocat…

            Huiles minérales comme celle de vaseline, de paraffine.

            Huiles synthétiques comme les esters d’acide gras (myristate d’isopropyl), les alcools gras (alcool oléique).

 

Les composants liposolubles que l’on incorpore aux émulsions, qui sont des principes actifs, comme :

Le carotène,

Les insaponifiables de soja, de luzerne, d’avocat,

Les vitamines liposolubles (A, D, E, K, F).

Les parfums,

Les antioxydants,

Certains conservateurs antimicrobiens,

            Certains émulsionnants.

 

La phase hydrophile ou aqueuse, où l’eau sert de solvant, est constituée d’éléments hydrosolubles (solubles dans l’eau) comme :

Les humectants, qui empêchent l’évaporation de l’eau et donc la déshydratation.

Ils augmentent le mouillage, c'est-à-dire le contact entre émulsion et la surface où on l’applique.

            Le glycérol

            Les polyalcools

 

Les conservateurs, tels que les antimicrobiens hydrosolubles.

 

Des principes actifs hydrosolubles comme :

Les vitamines,

Les agents hydratants : hydrolats…,

Les extraits végétaux,

Les extraits biologiques.

 

Des colorants.

 

Certains émulsionnants, comme les tensio-actifs ou les esters.

 
 
...

La stabilité d’une émulsion n’est pas le fruit du hasard, elle est due à ces émulsionnants ( je leur dédirai spécialement une fiche).

Une émulsion est dite stable lorsqu’elle ne se sépare pas.

Toutefois la rupture de l’émulsion, ce qui arrive lorsque l’on fabrique soit même ces cosmétiques !, peut se manifester de différentes façons :

 

La floculation est la formation de flocons de particules dispersées ou micelles au sein de l’émulsion. Cette phase est précurseur de la sédimentation ou du crémage et est réversible.

 

Le crémage, qui est la remontée en surface des particules dispersées. Ce phénomène lié à la pesanteur et à la mauvaise quantification des éléments composants l’émulsion va former des micelles (microgouttelettes) à la surface, car la phase dispersée est plus légère que la phase dispersante.

 

La sédimentation qui est la formation de particules dispersées au fond de la préparation, est aussi liée à la pesanteur, ici à l’inverse la phase dispersée est plus lourde que l’autre.

Ces 2 ruptures, entraîne la séparation de l’émulsion initiale en 2 émulsions, où l’une est plus riche que l’autre en particules dispersées, on obtient un condensat.

Ces phénomènes sont réversibles.

 

La coalescence provoque la formation d’un amas au sein de l’émulsion par fusion des micelles entre elles. Elle est irréversible.

 

L’inversion de phase, est un processus au cours duquel la préparation émulsionnée passe, par exemple, d'une émulsion eau dans huile (H/L) à une émulsion huile dans eau (L/H) par l’adjonction trop important de phase huileuse, cette rupture de l’émulsion initiale est irréversible.

 

Le mûrissement d'Ostwald se produit au cours du vieillissement des émulsions et est irréversible, cependant il ne rend pas l’émulsion mauvaise.

Dans une émulsion les micelles sont de taille différente, il y en des petites et des grandes.

Hors dans la nature des pressions s’exercent entre les molécules, ici la différence de pression entre les petites et les grandes micelles va entrainer l’attirance des petites vers les grandes au travers de la phase continue de l’émulsion.

Ainsi on constate une augmentation de la taille moyenne des gouttelettes de la phase dispersée, l’émulsion est moins homogène car sa granulométrie change.

 

 

J’espère que cette fiche vous sera bien utile.

Cosmetoz

 

Source : Pour la création de ce cours, je me suis inspirée du précis d’esthétique cosmétique des éditions Maloine.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Cours de cosmétologie

Commenter cet article

Flore 09/01/2010 09:34


Super interessant, merci!